Présentation de la Gymnastique Bothmer par Jane Johansen, 2018.

 Il s’agit de la conscience de nos mouvements et de l’architecture du corps. Dans un cours, nous cherchons comment économiser nos ressources de forces dans la façon de bouger. Comment prendre en compte le poids du corps en relation avec la gravitation de la terre. Comment s’orienter dans une forme ou dans une direction. Comment grandir sans grandir physiquement ? Comment rayonner ?  Nous cherchons à vivre l’expérience de nos muscles qui se mettent au travail par ex. quand nous quittons notre verticale, qui par nature est portée sans effort musculaire par la structure du squelette.

Nous pouvons avoir « l’attitude Bothmer » quand nous faisons notre vaisselle ou quand nous nous levant d’une chaise ou de notre lit, et l’attitude peut rester à travers tout ce que le corps fait dans la journée.

 La Gymnastique Bothmer place l’homme dans l’espace tri-dimensionnel : dans le plan verticale qui partage avant-arrière, dans le plan horizontale qui partage haut-bas et dans le plan sagittale qui partage droit-gauche, et les exercices commencent et terminent toujours avec la position debout.

 Le but n’est pas d’arriver à la perfection dans les exercices. C’est le chemin vers qui est important. C’est tout ce que nous mettons en mouvement qui nous permet de mieux sentir notre corps. Cela nous aide à revisiter chez les adultes des étapes manquantes de notre développement moteur, physique et mental, pour permettre une sorte de réparation rétro-active. La Gymnastique Bothmer nous aide aussi à rendre plus familier l’espace qui nous entoure. Elle nous donne facilement l’impression d’une réussite ou gain de sensibilité et nous ouvre parfois les yeux pour la beauté, dans de toutes petites choses.

 Le but de l’enseignement est d’améliorer la situation de chaque participant dans son corps et dans sarelation au monde, en mouvement et en équilibre,et devenir plus présent et plus conscient de l’utilisation du corps. Par ex marcher et observer comment nous faisons pour marcher. Le travail peut ouvrir un intérêt pour notre anatomie.

 La gymnastique Bothmer a été créée par le professeur de sport de la première école Steiner à Stuttgart a partir de 1922. Il s’appelait Friedrich von Bothmer et il avait 39 ans à ce moment là. Avant de devenir prof de sport et de religion, il était officier, et il avait reçu sa formation dans un contexte de nobles, avec tout les valeurs de la dignité de l’homme, la courtoisie, les art du mouvement comme l’escrime, la danse de salon, l’équitation. Avec un cœur de soldat de l’époque, - plein d’amour et de respect pour les hommes et pour la nature, il enseignait les jeunes soldats, et c’est peut-être là qu’est né son intérêt pour la pédagogie.

 C’était la déception de l’évolution du métier d’officier et de soldat qui, malgré sa grande fidélité le faisait changer radicalement de métier. Rudolf Steiner voyait en lui la capacité à transformer la gymnastique de l’époque, qui était encore assez militaire et stricte, en une gymnastique, qui prenant en compte le mouvement naturel du corps humain et l’évolution de l’homme dans tous ses dimensions.

Steiner donnait carte blanche à Bothmer, qui développait alors une trentaine d’exercices avec les enfants de ses cours de sport, avec différents exercices à différents âges, et il passait le reste de sa vie à renouveler son approche. On peut dire que Friedrich von Bothmer faisait une science du mouvement humain, et il nous donne alors pour tout être humain d’avenir cette Gymnastique nommé comme lui.

 Il est question d’apprendre à mieux habiter (à prendre possession)  de son corps jusqu’au bout des doigts pour ensuite faire l’expérience de ce qui, en nous n’est pas lié au physique, pas lié au corps. Le corps est notre maison ou notre temple, et à partir de ce corps-temple, nous pouvons expérimenter spiritualité, le monde de nos pensées, de nos sentiments, de notre volonté, et aller vers l’autre dans une rencontre plus grande que ce qui émane uniquement du corps physique.

 Le poète romantique Novalis dit : « Il n’y a qu’un temple dans le monde et c’est le corps humain.

                                                    Rien n’est plus sacré que cette haute instance.

                                                    Se prosterner devant l’Homme est un hommage

                                                    à cette révélation incarnée. »

 

Formation Professionnelle:  

Contact Alsace:

jane.johansen@dbmail.com

5 rue Heibel, 68380 Breitenbach-Haut-Rhin 

Tél: 0389712184 / 0641910038

 

 

Patrick Défeche: 0601944961

 

Contact Paris: jessiedelage.canalblog.com